Vous êtes un nouvel entrepreneur et vous souhaitez vous installer et vous développer ?  Bpifrance peut vous prêter main forte en garantissant vos emprunts à hauteur de 50 ou 60 % selon votre situation.

Êtes-vous éligible ?

Pour être bénéficiaire de la garantie création, vous devez avoir créé votre PME depuis moins de trois ans. Bpifrance précise que la notion de petite ou moyenne entreprise (PME) doit être comprise au sens européen  :

  • L’entreprise doit comporter moins de 250 salariés.
  • Elle doit déclarer un chiffre d’affaires annuel inférieur à 50 millions d’euros, soit un total de bilan n’excédant pas 43 millions d’euros.
  • Elle doit être indépendante, c’est-à-dire ne pas être détenue à plus de 25 % par une ou plusieurs entités qui ne sont pas des PME.

Par ailleurs, vous devez être un dirigeant (personne physique), et vous endetter à titre personnel pour réaliser un apport en fonds propres dans votre jeune PME.

Quel doit être votre projet ?

  • Bpifrance précise que votre projet doit correspondre à une création dite « ex nihilo ». Il s’agit de l’installation de nouveaux entrepreneurs ne contrôlant pas déjà des entreprises existantes.
  • Votre projet peut également  consister à la reprise d’un fonds de commerce ou au rachat d’éléments d’actifs d’une entreprise.
  • Enfin, si vous êtes une entreprise ou une société déjà existante, vous êtes éligible si vous développez des activités ou des produits nouveaux.

Quels sont les prêts garantis ?

Bpifrance précise qu’il peut s’agir des financements bancaires couvrant les investissements matériels et immatériels, d’achat de fonds de commerce, de besoin en fonds de roulement, de découvert notifié, ou de délivrance de cautions sur les marchés France et export.

A quelle hauteur ?

En cas d’installation de nouveaux entrepreneurs ne contrôlant pas déjà des entreprises existantes, la quotité garantie est de 60 % du prêt.  Elle est également de 60 % en cas d’intervention conjointe entre Bpifrance et votre région. La garantie est de 50 % dans les autres projets.

 

Source : Ministère de l’économie et des finances